Arques (62) − Plateforme multimodale de l’Aa

Arques (62) − Plateforme multimodale de l’Aa

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

14 novembre 2016 - 12 mai 2017

Fouille préventive

Néolithique, âge du Bronze, âge du Fer, Moyen Âge, périodes moderne et contemporaine

DATE : 14 novembre 2016 - 12 mai 2017

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Néolithique, âge du Bronze, âge du Fer, Moyen Âge, périodes moderne et contemporaine

Dans le cadre d’un projet d’aménagement de serres horticoles en périphérie du centre ville d’Arques, des fouilles archéologiques sont réalisées depuis le mois de novembre 2016 par une équipe évéha sous la direction de Pauline Lhommel. Sur une superficie de 6 hectares, ont été mises au jour des occupations humaines allant de la période néolithique à nos jours.

Seuls quelques indices mettent en avant une occupation préhistorique et plus précisément dans le courant de la période néolithique. Ils correspondent principalement à des éléments lithiques comme des pointes de flèche ou encore des lames taillées. Ces vestiges se rattachent à un habitat observé dans une parcelle voisine lors d’une fouille précédente. Les périodes protohistoriques sont figurées par plusieurs occupations successives. Elles se distinguent avec la mise en place d’éléments structurant du paysage comme des enclos fossoyés délimitant des zones d’habitat ou des espaces agricoles. L’habitat est figuré par la distinction d’un bâtiment sur poteaux (photo).

Après un hiatus de l’occupation durant l’Antiquité et le haut Moyen Âge (Ve-XIe siècles après J.-C.), le site est de nouveau occupé. L’installation se développe dès le XIIe siècle et se définit par la présence d’un habitat fossoyé à l’aide d’un imposant fossé circulaire. Il est associé à un ensemble de vestiges mettant en avant des activités agropastorales telles que l’élevage ou encore le stockage de grains. Cet ensemble s’insère dans un espace organisé à l’aide de parcelles délimitées par un ensemble fossoyé se rattachant à un chemin. Ces activités se poursuivent dans le courant de la période moderne avec les vestiges d’une étable ou grange dépendant d’une ferme voisine visible sur le cadastre napoléonien.


Pauline Lhommel