Beine-Nauroy (51) – La Noue Cochard

Beine-Nauroy (51) – La Noue Cochard

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

10 septembre - 23 novembre 2018

Fouille préventive

Haut Moyen Âge, première Guerre Mondiale

DATE : 10 septembre - 23 novembre 2018

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Haut Moyen Âge, première Guerre Mondiale

Les fouilles menées sur le site de Beine-Nauroy, au lieu-dit la Noue Cochard, ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Claire Pesenti. Elles interviennent dans le cadre d’un projet de lotissement locatif initié par Plurial Novilia.

Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour 137 fonds de cabane, 48 silos, 2 puits, des fosses et des trous de poteau. Un fossé traverse également l’emprise de fouille du sud-ouest au nord-est. Un second fossé, parallèle à ce dernier, s’interrompt brutalement. Les vestiges mis en évidence indiquent la présence d’un quartier artisanal. Outre le stockage des céréales, de rares indices supposent une activité de tissage. Une petite zone dédiée à la métallurgie est illustrée par des fosses renfermant des scories. L’ouest de l’emprise de fouille est, quant à elle, marquée par des phosphates et il est possible que du bétail était parqué dans cette zone. L’ensemble de l’occupation est daté du haut Moyen Âge. On notera cependant la présence de tessons de céramique antique résiduels et d’une seule et unique fosse protohistorique.

Durant la première Guerre Mondiale, le village de Beine est régulièrement bombardé. Son voisin, Nauroy, est par ailleurs rayé de la carte. Des impacts d’obus, des obus et des fosses renfermant des barbelés témoignent ainsi de cette période tourmentée.

Enfin, on notera la découverte de plusieurs galeries souterraines, majoritairement condamnées, dont la datation restera probablement indéterminée faute d’investigations sécurisées.

À présent, les études du mobilier ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de son occupation.


Claire Pesenti, janvier 2019