Breuschwickersheim (67) – Ittenheimer Feld – COS 2.10

Breuschwickersheim (67) – Ittenheimer Feld – COS 2.10

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

22 octobre - 16 novembre 2018

Fouille préventive

Néolithique, 1er âge du Fer

DATE : 22 octobre - 16 novembre 2018

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Néolithique, 1er âge du Fer

Les fouilles menées sur le site 2.10 du Contournement Ouest de Strasbourg à Breuschwickersheim ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Nicolas Peyne. Elles interviennent dans le cadre du projet d’aménagement autoroutier de la société Arcos pour la A355. Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une aire d’ensilage. Les anomalies numérotées sont au nombre de 105. On compte 11 chablis ou terriers, 61 faits en lien avec des méthodes culturales récentes et les deux fossés bordier d’un chemin (en l’état non daté).

Les structures concernées par la prescription (sous réserve de datation précise) correspondent à 16 silos, 9 fosses et 6 trous de poteau. À l’exception de deux structures, elles apparaissent regroupées dans la partie nord de la prescription sur environ 1500 m². Ainsi, cette concentration n’est circonscrite que sur son côté sud. Peu de structures se recoupent.

Les silos semblent plutôt bien conservés et ils correspondent au type de structure le plus fréquent. Ils sont conservés en moyenne sur 1,30 m, avec un exemplaire atteignant 1,80 m. Le corpus des fosses est assez varié en terme de forme. Les trous de poteau ne forment pas de structuration particulière.

 

Le diagnostic avait permis d’identifier une occupation du Hallstatt. La fouille a révélé d’autres structures qui pourraient correspondre au néolithique récent, mais seul l’étude post-fouille permettra de l’assurer. La quasi totalité du mobilier provient des structures protohistoriques/néolithiques. On compte quatre caisses de céramiques (en particuliers des vases de stockage et des couvercles), quatre caisses de torchis (traces de clayonnage et surfaces planes), quatre caisses de matériel de mouture et une caisse d’ossements animaux (dont le dépôt d’une patte de bœuf). Environ 350 litres de prélèvements récoltés sur le terrain pourront être tamisés et apporter des informations concernant les denrées consommées et cultivées, ainsi que la nature des bois utilisés pour la combustion.

Les études du mobilier ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de son occupation.


Nicolas Peyne, janvier 2019