Brézins (38) – Le Grand Plan

Brézins (38) – Le Grand Plan

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

29 septembre - 21 novembre 2014

Fouille préventive

Néolithique moyen, Bronze final, premier âge du Fer, Antiquité romaine, Moyen Âge, époque
contemporaine.

DATE : 29 septembre - 21 novembre 2014

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Néolithique moyen, Bronze final, premier âge du Fer, Antiquité romaine, Moyen Âge, époque
contemporaine.

La fouille préalable à l’aménagement d’un bassin d’écrêtement de La Coule sur la commune de Brézins au lieu-dit Le Grand Plan s’est déroulée de septembre à novembre 2014. Le site présente des occupations allant de la fin de la Préhistoire à l’époque contemporaine.

Un ensemble de plusieurs fosses « de rejet », de possibles fosses d’extraction de galets et des structures à pierres chauffées dont quatorze sont organisées au sein d’un alignement orienté sud-ouest/nord-est livrent du mobilier ou des résidus charbonneux datables du Néolithique moyen II (Chasséen récent). L’alignement se compose de fosses de morphologie et de dynamique de comblement très standardisées, espacées de manière régulière et organisées en quatre batteries. Elles sont de forme circulaire ou sub-circulaire en plan (diamètre oscillant entre 0,93 et 1,33 m) et ont un profil majoritairement en cuvette. Trois comblements se distinguent : une couche de limons bruns très charbonneux, plus ou moins dense, vient recouvrir le fond de la fosse et remonte parfois contre les parois ; sur laquelle vient s’installer un niveau de galets (chauffés ou non, complets et/ou fragmentés) avec de rares éléments de macro-outillage lithique. Ensuite, un limon argileux brun comportant quelques rares résidus de charbons vient s’insérer dans la partie supérieure des espaces vides laissés par les galets. Ces structures n’ont livré aucun mobilier hormis de rares éléments de macro-outillage lithique (souvent liés à la mouture) fragmentés et remployés. Elles viennent alimenter le corpus des sites à alignements de structures à pierres chauffées néolithiques (tels que les sites du Gournier et des Portes de Provence à Montélimar pour ne citer qu’eux).

La période protohistorique est représentée par de rares fosses et quelques céramiques datées de l’Âge du Bronze moyen/final et du premier Âge du fer. Une datation radiocarbone effectuée dans le fossé 2009 permet d’attribuer ce linéaire au début de la période laténienne.

Une voie installée à l’époque romaine traverse le site d’ouest en est. Trois états ont ainsi pu être définis : le tracé avant l’installation de l’axe viaire avec la mise au jour de structures excavées (fosses) ; puis un premier tracé (d’une largeur maximale de 4 m) a pu être reconnu à travers deux des coupes effectuées ; enfin le « Grand Chemin » qui regroupe pas moins de sept phases s’étirant du début de notre ère au Moyen Âge. Après un travail d’observation minutieux sur les coupes, il est possible d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’axe de la chaussée s’est déplacé vers le nord dans sa moitié ouest, avant de basculer petit à petit vers le sud dans sa moitié est. Malheureusement, elle a livré très peu de mobilier datant, ce qui rend difficile l’attribution chronologique précise de ses différents états. Les rares éléments recueillis lors de nos recherches permettent néanmoins d’envisager une utilisation de cet axe de circulation dès le tournant de notre ère jusqu’aux Xe-XIIe siècles, période où l’imposante structure a laissé place à un simple chemin.

Enfin, la période contemporaine est illustrée par une fosse contenant des blocs de béton et des morceaux de ferraille attribuables aux restes d’un pylône électrique.


Emmanuelle Courboin-Grésillaud, mai 2015.