Carhaix-Plouguer (29) − Kergorvo – Kergonan

Carhaix-Plouguer (29) − Kergorvo – Kergonan

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

17 mars - 28 mars 2014 ; 31 mars - 17 avril 2015 ; 06 - 29 juin2017 ; 5 septembre - 27 octobre 2017

Fouille préventive et Suivi de travaux

Antiquité (Haut-Empire).

DATE : 17 mars - 28 mars 2014 ; 31 mars - 17 avril 2015 ; 06 - 29 juin2017 ; 5 septembre - 27 octobre 2017

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive et Suivi de travaux

CHRONOLOGIE : Antiquité (Haut-Empire).

Connu depuis le XVIII e siècle, et classé monument historique dès 1862, l’aqueduc de Carhaix a fait l’objet de nombreuses opérations d’archéologie programmée et préventive au cours des dernières décennies. Présentés dans une synthèse récente (Provost et al. 2013), les résultats de ces recherches ont permis de restituer l’histoire et, pour reprendre le titre d’un article récent (Philippe et al. 2015), les vicissitudes du projet d’adduction du chef-lieu des Osismes. L’hypothèse aujourd’hui admise est celle d’une première adduction, conçue à la fin du I er s. ap. J.-C., faisant – pour partie au moins – appel au bois. Peu de temps après l’achèvement de cette première conduite, une reprise des travaux est opérée visant à remplacer la portion en bois par un canal en béton. Cette entreprise n’est pas menée à son terme et, environ un siècle après la réalisation du premier aqueduc, une nouvelle adduction est entreprise, faisant cette fois appel à une maçonnerie de moellons. L’aménagement de la ZAC de Kergorvo a offert de préciser ce scénario à l’occasion d’un suivi de travaux en 2014, et de deux opérations de fouille préventive en 2015 et 2017. Ces interventions ont permis de mettre au jour et d’étudier plusieurs portions, de longueur variable, des trois conduites successives dans ce secteur stratégique, en termes de nivellement, que constitue le contournement de la colline du Moulin à Vent.

 

Décapée sur plus de 500 m linéaires, ce sur une distance de 800 m environ, la conduite en bois a fait l’objet de 48 sondages. Ceux-ci ont permis de compléter l’étude de la section de la tranchée d’installation de la canalisation, confortant les constats faits à Persivien notamment (Philippe 2009a et b). Ils ont également conduit à la découvertes de 28 emboîtures métalliques en U supplémentaires, dont l’étude a montré le caractère original. La découverte de trois plaques en métal blanc, interprétées comme des dispositifs de réparation de la canalisation, mérite également d’être signalée.

 

En comparaison, la conduite bétonnée qui, à Kergorvo, vient doubler la canalisation en bois, indiquant une reprise du tracé de l’aqueduc dans ce secteur, a livré moins d’éléments nouveaux. Mise au jour sur près de 300 m, son état de conservation s’est avéré globalement médiocre, limitant les observations. Néanmoins, l’étude comparée des deux canalisations confirme leur filiation et fournit des éléments de réflexion intéressants quant à la question de la reprise du tracé de l’adduction primitive de Carhaix à cet endroit. Ainsi, les données altimétriques recueillies, en dépit de toutes les réserves qui s’imposent, semblent appuyer l’hypothèse d’une correction du tracé due à un problème de nivellement.

 

La seconde adduction de Vorgium est édifiée sous la dynastie sévérienne pour répondre aux besoins accrus en eau du chef-lieu de cité osisme, alors à son apogée. Concernée par les opérations de 2015 et 2017, elle a été mise au jour et intégralement décapée sur un peu plus de 250 m et sondée à 21 reprises. Conformément aux observations antérieures, elle se présente sous la forme d’une conduite maçonnée couverte par une voûte cintrée, également maçonnée. Généralement détruite, cette dernière est conservée sur de longues portions dans les parcelles B 1234 et B 33, permettant la découverte et l’étude de cinq regards de visite. Leur étude, qui a fait appel aux moyens de la photogrammétrie, rejoint les observations faites à Persivien.

 

Ainsi, sans bouleverser les connaissances acquises antérieurement, les opérations menées entre 2014 et 2017 sur la ZAC de Kergorvo ont livré leur lot de données nouvelles et de découvertes inédites. À tout le moins, elles ont permis de préciser le parcours et la conception des trois conduites, et de compléter notre connaissance de cette portion du territoire osisme, à la périphérie du chef-lieu de cité, à l’époque antique.


Anne-Marie Lotton, avril 2019.