Caurel (51) – Le Puisard

Caurel (51) – Le Puisard

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

24 août - 11 septembre 2015

Fouille préventive

Protohistoire, âge du Bronze (Bronze A), âge du Fer (1er âge du Fer = Hallstatt, Hallstatt C, Hallstatt D, 2e âge du Fer = La Tène, La Tène A, La Tène B).

DATE : 24 août - 11 septembre 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Protohistoire, âge du Bronze (Bronze A), âge du Fer (1er âge du Fer = Hallstatt, Hallstatt C, Hallstatt D, 2e âge du Fer = La Tène, La Tène A, La Tène B).

Menée par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Rémi Collas, la fouille de la « Tranche 1 », au lieu-dit Le Puisard, sur la commune de Caurel (51 ), s’est déroulée du 24 août au 1 1 septembre 201 5. L’opération précède l’extension du « Parc d’activités de Witry / Caurel », pilotée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Reims et d’Épernay (CCIRE).

L’emprise concernée par cette première phase couvre une surface de 5 660 m2. Elle présente un léger pendage, doublement orienté du nord-ouest vers le sud-est, et du nord-est vers le sud-ouest, complétée plus au sud par un vallon sec et une nouvelle concentration de vestiges laténiens en position haute (« Tranche 2 »). Le substrat local est formé de craie du Campanien inférieur immédiatement présent sous la mince couche de terre végétale.

Les principaux acquis de la « Tranche 1 » consistent en un ensemble de fosses de stockage, dont des silos de petite et de grande capacité, de deux petits bâtiments sur poteaux porteurs (greniers) et de cinq structures assimilées à des puits ou des puisards. Les déterminations chronologiques sont basées sur l’étude du mobilier céramique, présent en abondance dans environ un tiers des structures anthropiques, et sur une série de datations au radiocarbone. Trois phases chronologiques principales ont été déterminées :

  • La période du Bronze ancien est marquée par la présence d’un puits et d’un petit bâtiment sur poteaux. Ces vestiges témoignent indirectement de la proximité d’une occupation domestique et/ou d’une activité agricole, non signalée dans l’environnement du projet. Les éventuelles logiques spatiales ne sont pas déterminables. Les datations sont assurées uniquement par les analyses au radiocarbone.
  • La période du Hallstatt C/ Hallstatt D est marquée par la présence de trois fosses. Les rejets céramiques sont relativement abondants. Ils correspondent à des rejets de type domestique, témoignage d’une occupation sans doute proche mais non identifiée sur la surface explorée.
  • La fréquentation la plus importante, en termes de nombre de vestiges et de quantité de mobilier, est centrée sur les périodes de La Tène A et de La Tène B. Cette occupation est marquée par un maillage lâche « classique » pour ces périodes, associant fosses de stockage, silos, fosses, trous de poteau non organisés et puits. Ces vestiges témoignent de la présence d’une ou plusieurs petites unités à vocation domestique et/ou agricole. La majeure partie du corpus céramique est caractéristique des formes rencontrées entre La Tène A et La Tène B1 / début de La Tène B2.

L’intérêt majeur de la fouille de Caurel, Le Puisard, « Tranche 1 », consiste en l’intégration de ses résultats dans un ensemble local déjà riche, pour la période laténienne : une mise en parallèle est à faire avec les indices de sites contemporains situés dans l’environnement immédiat du projet, à commencer par ceux mis au jour au sud lors de la phase de diagnostic (Rabasté 201 4b) : le contexte topographique, ainsi que le type et le mode d’implantation des vestiges y sont semblables. Cette zone est équivalente au projet de fouille « Tranche 2. ». L’ autre point de comparaison est celui de la fouille de sauvetage menée en 1 997 par A. Koelher (Koehler 2004 ; Dessene 2004), immédiatement au sud-est de la « Tranche 1 ». Les vestiges sont équivalents à ceux présentés ici. À l’échelle de ces trois indices de sites (« fouille Tranche 1 », « diagnostic équivalent au projet de fouille Tranche 2 » et « fouille A. Koelher »), il est ainsi possible d’envisager un ou plusieurs noyaux d’occupation du début du second âge du Fer (La Tène A à La Tène B1 / début de La Tène B2 ), marqués essentiellement par une activité de stockage en silo.

Quelques centaines de mètres au sud, on notera la présence d’autres noyaux d’occupation de La Tène A (Fouille S. Lenda 2005 ; Diagnostic P. Laloo 2005) et de vestiges funéraires de la même période (Bonnabel 201 5). L’ensemble témoigne ainsi de la vitalité du peuplement de ce secteur géographique pour le début du second âge du Fer.


Rémi Collas, sjuillet 2016.