Chartres-de-Bretagne (35) − ZAC des portes de la Seiche

Chartres-de-Bretagne (35) − ZAC des portes de la Seiche

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

31 août - 09 septembre 2015

Fouille préventive

Moyen Âge, Époque moderne.

DATE : 31 août - 09 septembre 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Moyen Âge, Époque moderne.

Les fouilles menées sur le site de la ZAC des Portes de la Seiche, à Chartres-de-Bretagne ont été réalisées par le bureau d’études Éveha entre le 31 août et le 9 octobre 2015. Elles ont mobilisé six personnes sur la totalité de l’opération et interviennent dans le cadre du projet d’aménagement de la ZAC des Portes de la Seiche par la ville de Chartres-de-Bretagne.

Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour des vestiges datant des périodes médiévale, moderne et contemporaine. Les structures médiévales sont relativement ténues et permettent seulement de montrer une fréquentation de la zone aux XII e et XIII e siècles. Elles sont matérialisées par un petit enclos de fonction indéterminée et quelques zones de rejet éparses perturbées par les opérations de remblaiement ultérieures.

Les principaux aménagements sont datés de la fin du Moyen Âge et du début de l’Époque moderne. Ils sont matérialisés par deux importants fours à chaux et les vestiges des installations associées, dont un système de fossés et les fondations d’un petit bâtiment. La datation du bâtiment et celles effectuées au niveau des deux fours montrent qu’ils ont été en fonction entre la seconde moitié du XIV e et la seconde moitié du XV e s. Des traces de réfections et l’importante quantité de déchets de calcaire brûlé montrent qu’ils ont fonctionné sur une durée relativement longue. Aucune trace d’extraction de la matière première transformée dans ces fours n’a été mise au jour sur l’emprise de la fouille, mais la découverte de filon de faluns et de marnes calcaires sur le site laisse penser que des gisements proches ont pu être exploités. Suite à leur abandon, les fours et de même que l’ensemble de la zone ont fait l’objet de nombreuses phases de remblaiement entre les périodes moderne et contemporaine.

Une seconde activité artisanale, en lien avec l’extraction de l’argile, vient s’implanter en partie orientale de l’emprise de fouille, au sein d’une ancienne mare. Les reliefs observés sur les parcelles voisines permettent d’estimer que la zone d’extraction avoisinait dans sa totalité 4 000 m2. Le chemin traversant le site d’est en ouest, toujours utilisé dans les années 1950, permettait vraisemblablement d’y accéder à l’origine. L’extraction, datée de la toute fin de la période moderne à la fin du XIX e siècle, s’est effectuée au sein de fosses quadrangulaires alignées, séparées les unes des autres par une petite berme d’argile. Les stériles ont été progressivement rejetés dans les anciennes fosses mais le comblement et le nivellement final de la zone datent de la fin du XX e siècle.

Le site de la ZAC des Portes de la Seiche fournit des éléments supplémentaires pour le patrimoine artisanal de la commune de Chartres-de-Bretagne. La nature géologique singulière de la zone pour le massif armoricain a en effet motivé, dès l’Antiquité, le développement de l’activité chaufournière. Les fours mis au jour sur le site sont les premiers datés de la fin de la période médiévale ; ceux datables de la fin de la période moderne ne sont connus que par les archives, quant aux installations plus récentes, certaines d’entre elles sont encore visibles à Lormandière, au nord de la commune. En ce qui concerne la production céramique, pour laquelle l’extraction d’argile est nécessaire, les premières installations connues sont celles de Fontenay, datées des XI e – XII e siècles ; au niveau de ces dernières, la matière première était prélevée à même le site. Dans notre cas, nous sommes face à une exploitation quasi exhaustive d’un gisement : bien organisée et s’étalant sur une courte durée, vue la régularité des lignes de fosses, elle est caractéristique d’un travail plus industriel, très probablement en lien avec les dernières productions potières du début du XX e siècle à Chartres-de-Bretagne.


Benjamin Leroy, 2016.