Châtel-Saint-Germain (57) − Rue de Rebenot

Châtel-Saint-Germain (57) − Rue de Rebenot

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

27 juin - 22 juillet 2016

Fouille préventive

Néolithique, Protohistoire, Antiquité, Époque moderne.

DATE : 27 juin - 22 juillet 2016

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Néolithique, Protohistoire, Antiquité, Époque moderne.

L’aménagement d’un lotissement de 45 maisons sur la commune de Châtel-Saint-Germain, située à 15 km à l’ouest de Metz, a motivé la prescription d’une fouille archéologique sur une surface de 3850 m². Cette dernière fait suite à un diagnostic réalisé en 2015 (Brkojewitsch 2015).

L’opération de fouille s’est déroulée entre le 27 juin et le 22 juillet 2016.

Deux secteurs bien distincts ont été ouverts. La profondeur du décapage oscille entre 0,50 m et 1 m. Le site est localisé sur un versant à très forte pente (15 à 20 %).

Les investigations archéologiques sur le secteur 1 (2250 m²) ont permis de mettre au jour deux bâtiments. Le premier, sur huit poteaux forme un quadrilatère présentant une surface minimale de 19,3 m². Le second est sur quatre poteaux et propose un plan « carré » d’environ 6,70 m². Dans le cadre de cette fouille, des datations par 14C ont été réalisées : ces dernières permettent d’attribuer le bâtiment sur huit poteaux à la période du Hallstatt final, et le petit sur quatre poteaux à celle du Bronze ancien.

Six fosses ont également été mises au jour dans le secteur 1. L’étude du mobilier céramique a permis #d’en attribuer deux au Bronze final, deux autres au Hallstatt, voire au Hallstatt final/La Tène ancienne pour l’une d’entre elle, et deux à la Protohistoire au sens large. Seize autres structures excavées ont été mises au jour mais aucune n’a livré de mobilier archéologique caractérisant.

La fouille du secteur 2 (1600 m²) a permis la mise au jour d’une petite vingtaine de structures excavées #de type trou de poteau, fosse ou fossé. Trois fosses ont livré du mobilier céramique permettant de les rattacher largement aux périodes protohistoriques tandis que deux trous de poteau ont livré des datations 14C très hautes durant le Néolithique récent/final.

Au terme de cette fouille, les données de terrain reflètent des indices d’occupations diachroniques peu ancrées et sûrement peu durables, qui renvoient l’image d’établissements ruraux dont l’économie de subsistance est probablement fondée sur l’agriculture, l’élevage et la gestion de l’environnement naturel, comme cela est généralement attesté pour la période.


Christophe Sévin-Allouet, juillet 2018.