Corquilleroy (45) – Rue de l’Ancien Bourg

Corquilleroy (45) – Rue de l’Ancien Bourg

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

24 mars – 30 avril 2015

Fouille préventive

Hallstatt, Haut-Empire, Moyen Âge.

DATE : 24 mars – 30 avril 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Hallstatt, Haut-Empire, Moyen Âge.

L’opération de fouille archéologique préventive menée à Corquilleroy « rue de l’Ancien Bourg » a porté sur une surface de près de 5000 m² sur laquelle était prévue la construction du nouveau groupe scolaire de la commune. Le site est localisé sur les plateaux calcaires du Gâtinais, permettant une altitude stable autour de 94 m NGF.

Ce sont 151 structures qui ont été mises au jour lors de cette opération de fouille. Ce sont majoritairement des fosses et des trous de poteau, mais l’on trouve également, appartenant à la Protohistoire, à l’Antiquité et au Moyen Âge, des silos, des fossés et un enclos fossoyé.

Une première occupation est cependant à noter, bien que très peu représentée lors de cette opération. Il s’agit d’une fréquentation néolithique, et plus précisément du Néolithique moyen II. Quelques vestiges lithiques ont été découverts en limite d’emprise. La confrontation avec les résultats du diagnostic indique la présence d’éléments semblables à proximité, hors emprise.

L’occupation protohistorique semble se concentrer au Hallstatt D2-3, cependant les structures correspondantes sont peu nombreuses. Les nombreux vestiges céramiques mis au jour dans les silos et fosses présagent pourtant de la présence d’un habitat à proximité de cette zone de stockage de céréales, mais nous n’en avons pas de traces dans l’emprise de fouille. La répartition des structures ne montre pas de concentration notable permettant une interprétation plus poussée de cette petite occupation. En revanche, nous pouvons remarquer que la moitié sud de l’emprise de fouille en est quasiment dépourvue.

L’Antiquité semble être la mieux représentée en nombre de structures, avec l’enclos fossoyé, mais aussi de nombreux trous de poteau et fosses, ainsi que des fossés dont certains pourraient éventuellement fonctionner avec l’enclos. Une grande majorité des structures antiques se retrouvent dans la moitié sud de l’emprise. Le mobilier datant a permis de distinguer deux phases d’occupation, l’une au ier siècle et l’autre au iiie siècle après J.-C. ; en revanche, ce sont seulement quelques structures pour lesquelles cette datation est précisée. La majorité des structures attribuables à l’époque antique ne peuvent avoir de datation plus précise, ce qui en complique l’interprétation.

L’occupation médiévale est de petite envergure, avec quatre silos répartis entre le sud-est et le nord-est de la surface fouillée, et un éventuel petit bâtiment sur quatre poteaux. Tous ne semblent pas fonctionner ensemble : les quatre silos ont livré de rares tessons de céramique attribuables au haut Moyen Âge, tandis que le possible bâtiment appartiendrait à une phase tardive de la période médiévale.

L’Époque moderne est représentée par une fosse d’extraction de calcaire ou de matériau carbonaté qui a laissé quelques stigmates dans le paysage.

Il faut ajouter que de nombreuses structures n’ont pu être attribuées à l’une ou l’autre des périodes d’occupation du site, empêchant d’en donner une interprétation avec assurance. Il n’en reste pas moins que la présence continue de structures de stockage quelles que soient les périodes considérées, indique une vocation agricole de cet espace qui s’est perpétuée, probablement en raison de la nature saine du substrat.


Anne Filippini, avril 2016.