Erstein (67) – Route de Krafft

Erstein (67) – Route de Krafft

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

2 juillet – 9 août 2018

Fouille préventive

Protohistoire, haut Moyen Âge

DATE : 2 juillet – 9 août 2018

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Protohistoire, haut Moyen Âge

Les fouilles menées sur la commune d’Erstein (Bas-Rhin), en bordure de la route de Krafft et de la rue Laure Mutschler, ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité d’Alexis Corrochano. Elles interviennent dans le cadre du projet de construction d’une maison de Santé dans une zone, située entre le bourg historique d’Erstein et le hameau de Krafft, riche en découvertes archéologiques médiévales.

 

En effet, après la découverte d’une importante nécropole mérovingienne à la fin des années 1990 (fouille P. Rohmer, Afan) à environ 350 m de distance, c’est un important habitat rural altomédiéval qui a pu être fouillé en 2016, de l’autre côté de la route de Krafft (F. Abert, Alsace Archéologie). Les investigations archéologiques réalisées en juillet et août 2018 ont permis de mettre au jour une centaine de vestiges immobiliers datant très majoritairement du premier Moyen Âge, ainsi que des vestiges datant de la Protohistoire.

 

Pour cette période, au-delà des quelques fosses qui ont livré de la céramique et des fragments de terre à bâtir rubéfiée, c’est surtout la découverte d’un puissant fossé nord-sud qui a bénéficié d’un suivi archéologique soutenu. Fouillé intégralement par passes mécaniques, le mobilier découvert dans le comblement du fossé (essentiellement faune et céramique) devrait permettre de préciser les modalités de son utilisation, sa fonction et sa chronologie (que l’on ne peut pour le moment pas préciser mais qui pourrait remonter au premier âge du Fer).

 

Beaucoup plus nombreux sont les vestiges médiévaux. Ils correspondent principalement à un secteur composé de trous de poteaux et à une zone plus étendue constituée par une dizaine de cabanes enterrées organisées en rangées. Ces structures excavées, de plan (pseudo-)rectangulaire, sont bien connues dans la région ; à Erstein, elle sont la plupart du temps dotées de deux poteaux axiaux sans autre aménagement interne (à l’exception parfois de quelques trous de piquets et d’un cas de banquette latérale). Le mobilier découvert dans les comblements d’abandon est composé très majoritairement de tessons de céramique et de restes fauniques. Le petit mobilier est très rare (une paire de forces, un peson, une fusaïole, etc.). Des prélèvements pour analyses chimiques ont été réalisés sur le terrain, dans les fonds de plusieurs cabanes, dans l’objectif de rechercher des marqueurs éventuels permettant de préciser la fonction de ce type de petit bâtiment excavé qui peut s’avérer très variée (atelier de tissage, atelier artisanal, étable, habitat temporaire, réserve, etc.). La datation de cette occupation ne peut pour l’instant pas être précisée et doit être envisagée dans un long premier Moyen Âge, probablement entre le VIIe et le XIe siècle (à confirmer).

 

Replacé à l’échelle de la commune d’Erstein, qui fut le siège d’une résidence royale au moins dès le IXe siècle, il pourrait s’agir d’un secteur périphérique, en marge de l’habitat rural principal fouillé en 2016, et qui aurait pu avoir une fonction particulière (peut-être une zone d’activités spécifiques, comme à Sermersheim ou Marlenheim ?), ce que les études spécialisées et l’analyse du site devront tenter de déterminer.

 

Les études des spécialistes (céramologie, archéozoologie, petit mobilier, analyses paléoenvironnementales, datations 14C, etc.) ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de ses occupations.


Alexis Corrochano, août 2018.