Gironde-sur-Dropt (33) – Angle de la place de la République et de l’avenue du Général de Gaulle

Gironde-sur-Dropt (33) – Angle de la place de la République et de l’avenue du Général de Gaulle

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

22 mai et 6 - 7 juin 2017

Fouille préventive, étude du bâti

Moderne, Contemporaine.

DATE : 22 mai et 6 - 7 juin 2017

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive, étude du bâti

CHRONOLOGIE : Moderne, Contemporaine.

Le bourg de Gironde-sur-Dropt est un village rue traversé par la départementale D1113. C’est en bordure de cette départementale, à l’angle de la place de la République et de l’Avenue du Général de Gaulle qu’une opération archéologique a été réalisée le 22 mai, pour la couverture photogrammétrique et les 6 et 7 juin pour l’étude du bâti.

 

Le bâtiment concerné, propriété de la municipalité de Gironde-sur-Dropt, est voué à la démolition. S’agissant d’une des rares habitations anciennes, antérieure au XVIIIe siècle encore en élévation, une prescription archéologique a donc était établie. L’étude de bâti s’est avérée délicate en raison de l’insalubrité du lieu. Aussi pour des raisons de sécurité cette étude a été cantonné à l’analyse des parements intérieurs et extérieurs, de la cave au premier étage où les observations n’ont pu être faites que depuis le palier; les planchers menaçant ruine. Quant aux sondages qui pouvaient être réalisés, afin de replacer le bâtiment dans un contexte sédimentaire, ils n’ont pas pu être réalisés à cause des gravats jonchant les sols et du béton qui recouvrait le sol de la cave.

 

Pour autant, cette étude a permis de confirmer la date de construction du bâtiment, 1580, qui se trouve gravée dans le linteau de la porte plein cintre ouvrant dans le mur pignon occidental. Elle a aussi permis de mettre en évidence un bâtiment homogène dans sa construction mais qui a été réalisé en deux temps, puisqu’il se compose en réalité de deux habitations accolées, érigées à quelques mois ou quelques années d’écart. Chaque bâtiment, découpé en module identique : deux pièces en enfilade, une sur rue, une sur cour, au rez-de-chaussée. Les pièces sur rue étant dotées d’une cheminée et d’un évier. Au-dessus,au premier étage, deux autres pièces en enfilade sont éclairées par des fenêtres à meneaux. Chaque habitation possédait aussi un grenier éclairé et aéré par un petit fenestron carré surmontant les fenêtres à meneaux.

 

En ce qui concerne la cave, cette dernière apparaît entièrement bétonnée avec des aménagements destinés au stockage des barriques de vin.

 

Par la suite, ces habitations sont transformées avec la création de nouvelles cheminées et de placards.

 

Enfin, à l’époque contemporaine, alors que le bâtiment abritait une fabrique de chaises, des restaurations au béton sont réalisées et de nouvelles ouvertures sont créées.


Séverine Mages, décembre 2017.