Limoges (87) − Place Manigne

Limoges (87) − Place Manigne

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

17 octobre - 25 novembre 2016

Fouille préventive

Antiquité, Haut-Moyen-Âge, moyen-âge.

DATE : 17 octobre - 25 novembre 2016

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Antiquité, Haut-Moyen-Âge, moyen-âge.

La fouille opérée en 2016 au 14 place Manigne et 5-7 rue des Petites-Pousses, bien que de surface limitée, a mis en évidence une occupation quasi continue de ce secteur de la ville de l’Antiquité à nos jours avec probablement un petit hiatus durant le Bas-Empire.

Malgré une situation très proche du centre de la ville d’Augustoritum, rares sont les vestiges antiques retrouvés sur le site en raison de l’oblitération par les occupations médiévales et modernes. Néanmoins, deux états de bâtiments ont pu être restitués.

Dès les ixe-xe siècles, on note une importante occupation caractérisée par des fosses-silos et des fonds d’ateliers probablement à rattacher à une activité métallurgique qui pourrait perdurer dans le secteur jusqu’au XVIIIe siècle.

Un large fossé traverse le site et recoupe toutes les structures antérieures. Son abandon semble intervenir aux XIe-XIIe siècles. Cet aménagement était à ce jour inconnu des sources écrites et des vestiges archéologiques. L’hypothèse d’une délimitation précoce du Faubourg Manigne ou du Château peut être envisagée.

Au début du XIIIe siècle, l’enceinte maçonnée du Château est construite. Elle traverse l’emprise du site, matérialisée par deux gros massifs de fondation correspondant à la base de piliers soutenant les arcs de décharge connus grâce aux sources écrites et iconographiques. Parallèlement, l’habitat se structure à l’intérieur de l’enceinte tout en laissant un espace libre le long du rempart. Ce n’est qu’à partir des XVIIe et XVIIIe siècles que les constructions apparaissent à l’extérieur, matérialisées par des caves sur plusieurs niveaux.

À la fin du XVIIIe siècle, l’enceinte sera détruite et les fossés comblés pour laisser la place à de grands boulevards et à l’aménagement de la future place Manigne.


Aurélien Sartou, novembre 2017.