Mios (33) – Benau

Mios (33) – Benau

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

28 septembre - 30 octobre 2015

Fouille préventive

Bas Moyen Âge, moderne, contemporain.

DATE : 28 septembre - 30 octobre 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Bas Moyen Âge, moderne, contemporain.

Voisine du Bassin d’Arcachon, la commune de Mios est implantée au cœur du Parc régional naturel des Landes, à l’extrémité sud-ouest du département. Le site se développe au nord-est du bourg. Il est délimité au nord-est par la rue de Beneau, et au sud par le ruisseau Andron. La création d’un lotissement sur plus de 3,5 ha a nécessité la réalisation d’un diagnostic archéologique en 2014 mené par F. Cavalin (Inrap). Il a livré un ensemble de limites parcellaires représenté sur le cadastre napoléonien. Des vestiges liés à un habitat ou à une zone de stockage ont été également mis en évidence. À la lueur de ces résultats, une fouille d’archéologie préventive est prescrite sur une emprise de 3 000 m2.

Cette opération a révélé une occupation médiévale, abandonnée au plus tard au cours du XIII e siècle. Elle est illustrée par des bâtiments sur poteaux installés principalement à l’ouest de l’emprise de fouille. Si les constructions sont généralement modestes, l’une d’entre elles se distingue par une mise en œuvre plus particulière. L’utilisation d’une tranchée de fondation étroite, disposée uniquement sur le flanc ouest et associée à des trous de poteau, est peu fréquente. Il serait séduisant d’y voir une habitation associée à des constructions annexes : grange, grenier, etc. Il est probable que cette occupation soit une installation paysanne sans pouvoir la définir davantage.

Le milieu lagunaire des Landes de Gascogne est demeuré très longtemps, et jusqu’à une date récente, un milieu ingrat et humide où l’installation humaine n’a pas toujours été aisée. Les hommes ont cependant su appréhender leur environnement. Sur le site de Benau sud, cette maîtrise du milieu passe par un assainissement des terres grâce à un système de crastes qui viennent s’implanter après l’abandon des bâtiments sur poteaux.

Des fosses de plantation marquent la dernière phase d’occupation et d’exploitation du site. Elles illustrent parfaitement la rupture et le changement de végétation qui touche la région à la transition entre l’Époque moderne et l’époque contemporaine. Afin de stabiliser les dunes du littoral et de drainer les sols à l’intérieur des terres, notamment par la création de fossés, les populations vont développer la culture du pin déjà présent en Aquitaine. Aujourd’hui, plusieurs parcelles au nord-ouest de la commune de Mios connaissent un déboisement sous la pression immobilière, comme c’est le cas pour le présent projet.


Claire Pesenti, août 2017.