Oiry (51) − Le Champ du Parc, phase 1

Oiry (51) − Le Champ du Parc, phase 1

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

04 mars - 14 avril 2015

Fouille préventive

La Tène A, La Tène B.

DATE : 04 mars - 14 avril 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : La Tène A, La Tène B.

Suite à la mise en évidence d’une nécropole protohistorique par les photographies aériennes de B. Lambot en 1993, une zone industrielle située au sud de la commune d’Oiry fait l’objet d’un suivi archéologique particulier. Dans ce contexte, un diagnostic a été prescrit en bordure de cet ensemble, donnant lieu à l’identification de sépultures de La Tène ancienne. La fouille a été prescrite dans le cadre du projet d’aménagement d’une partie de ces parcelles.

Les sépultures fouillées

La zone fouillée regroupe sept sépultures à inhumation se répartissant d’ouest en est en quatre rangées différentes mais grossièrement parallèles. Deux groupes sont identifiables d’après les orientations : nord-ouest – sud-est (environ 280°) et ouest-est (environ 270°). L’angle d’un fossé d’enclos était partiellement inclus dans l’emprise mais le comblement était perturbé et la probable tombe centrale est à l’extérieur de l’emprise.

Les sept sépultures identifiées (en incluant la structure 107, extrêmement arasée) présentent des états de conservation très variés mais sont toutes perturbées. Les profondeurs s’étalent de quelques centimètres à plusieurs dizaines de centimètres, signe d’une forte érosion ; les squelettes et dépôts ne sont donc pas tous complets. Il est probable qu’à l’image de la structure 107, des sépultures superficielles aient complètement disparu, les rangées montrant des vides. Les pratiques funéraires observées correspondent à des inhumations, probablement habillées et en coffrage, d’adultes des deux sexes. Le mauvais état de conservation limite cependant fortement l’étude de cet échantillon.

Le dépôt de céramique aux pieds semble être général. Il s’agit d’un mobilier usuel issu du cadre domestique (pot à cuire, faisselle). Les contenus ont laissé des traces de graisses animales ou de produits laitiers. Toutefois, rien ne permet d’envisager la nature du contenu lors de l’inhumation. Les formes sont typiques de la vallée de la Marne et les datations montrent une occupation sur une longue période, entre l’Aisne-Marne IIA et IIIC. Des statuts différents sont visibles, les dépôts céramiques ne présentant pas tous la même qualité, et une seule sépulture (très mal conservée) présentait du mobilier métallique. Le nombre limité de récipients et l’absence de décors indiquent cependant que cette partie de la nécropole présente un statut social peu élevé.

La nécropole

Les sépultures fouillées appartiennent à un ensemble bien plus vaste découvert lors de travaux en 1978 et dont l’extension a été perçue par les photographies aériennes de B. Lambot. Cet ensemble se développe essentiellement à l’est de la fouille dans une parcelle agricole, au milieu de la zone industrielle. Des découvertes fortuites et des opérations archéologiques permettent d’évaluer la surface totale de l’ensemble. Ainsi, des sépultures ont été fouillées à 210 m à l’ouest et à 150 m au sud de notre fouille, au lieu-dit « La Goutte d’Or ». Les parcelles diagnostiquées au nord n’ont pas livré de vestiges, circonscrivant ainsi l’extension des structures. La superficie de la nécropole peut être estimée entre 20 et 30 ha et au moins 80 sépultures sont visibles ou ont été fouillées, mais ce chiffre est largement sous-estimé.

Cette nécropole semble s’organiser autour de quelques enclos quadrangulaires à tombe centrale. En périphérie, ce sont les rangées qui dominent, notamment au nord-ouest. D’autres rangées moins importantes apparaissent à l’est avec des orientations légèrement décalées. Un groupe moins organisé est présent au sud-est. Ces différentes organisations peuvent manifester la présence de plusieurs groupes sociaux ou familiaux qui se distinguent les uns des autres.

La partie qui a fait l’objet de la fouille correspond à un groupe de statut peu élevé. Cela dit, il manque certainement des données dans ce secteur érodé.


Benoît Pescher, avril 2016