Paris (75) − Le réfectoire du Couvent des Cordeliers

Paris (75) − Le réfectoire du Couvent des Cordeliers

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

06 juin - 1er juillet 2016 et 12 - 30 septembre 2016

Fouille préventive

Antiquité et Moyen Âge.

DATE : 06 juin - 1er juillet 2016 et 12 - 30 septembre 2016

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Antiquité et Moyen Âge.

Les fouilles menées sur le site du réfectoire du Couvent des Cordeliers à Paris (75006) ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Gaëlle André. Elles interviennent dans le cadre du projet d’aménagement de la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris).

Le couvent des Cordeliers s’installe en 1230 sur des terres données par l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et situées alors juste derrière l’enceinte de Philippe-Auguste, nouvellement construite. Un premier réfectoire est créé extra-muros mais il doit être démoli lors de l’élargissement des fossés de la muraille, tout comme plusieurs autres bâtiments conventuels. Un second est alors construit mais cette fois-ci, à l’intérieur de l’enceinte. L’édification débute dans la seconde moitié du XIVe siècle mais la façade actuelle n’est achevée qu’au début du XVIe siècle. L’importance de ce monument est manifeste car il est le dernier témoin encore visible de ce couvent. Par ailleurs, il ne subsiste à Paris que trois réfectoires médiévaux.

Les investigations archéologiques se sont déroulées à la fois dans et hors du bâtiment médiéval. À l’intérieur, elles ont permis de mettre au jour son sol en carreaux de pavement, partiellement conservé, ainsi que de nombreux vestiges postérieurs venant le perturber et qui sont autant d’indices des différents emplois afférant à ce réfectoire à partir du XVIIe siècle. Les traces des occupations antérieures sont peu nombreuses du fait de la prescription ne permettant pas de descendre en deçà de 30 cm de profondeur, hormis très ponctuellement, sur des tranchées réalisées le long des murs du réfectoire. Des latrines, également postérieures à la construction initiale du réfectoire, ont également été fouillée.

Localisée sous la chaire de lecture, elles se sont révélées entièrement curée. À l’extérieur, une chaufferie de XIXe siècle, très bien conservée, a été découverte et permet à cette période de chauffer le rez-de-chaussée de ce bâtiment devenu école (partie ouest seulement). Cette chaufferie s’appuie sur des murs plus anciens qui structurent la cour et où était selon les textes installée la cuisine des moines Cordeliers. Les études du mobilier ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de son occupation.


Gaëlle André, octobre 2016.