Ploemel (56) – ZAC de la Gare

Ploemel (56) – ZAC de la Gare

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

03 septembre - 09 novembre 2018

Fouille préventive

Néolithique, Age du Fer, Antiquité.

DATE : 03 septembre - 09 novembre 2018

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Néolithique, Age du Fer, Antiquité.

Les fouilles menées sur le site de Ploemel – ZAC de la Gare ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité d’Annaïg Le Martret, en collaboration avec Marine Gourmelon. Elles ont mobilisé une équipe de 7 à 8 personnes. L’opération est intervenue dans le cadre du projet d’aménagement d’un lotissement, situé au nord de la commune et initié par EADM. Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour les vestiges, extrêmement denses, d’occupations s’étendant de l’époque néolithique à l’époque antique.

Pour l’époque néolithique, les traces d’occupation sont principalement matérialisées par la découverte de nombreuses meules va-et-vient, se trouvant manifestement réutilisées comme calage au sein de trous de poteau dont la fonction et la datation restent à éclaircir. Aucun vestige révélateur de constructions de cette période n’a été identifié sur le site. Il est par conséquent possible que ces meules aient été récupérées sur un site voisin.

Les périodes de l’âge du Fer et de l’Antiquité sont bien mieux caractérisées. Ainsi, la mise en évidence d’un important système fossoyé gaulois permet de restituer un enclos, partiellement compris dans l’emprise de fouille. La façade orientale de cet enclos présente une interruption axiale, correspondant très probablement à un système d’entrée. À cet enclos de forme trapézoïdale est adjoint un fossé interrompu présentant un profil en V et une profondeur de 2,20 m. Il est vraisemblable que le creusement de ce fossé ait été associé à l’élévation d’un talus ceinturant l’enclos. Au sein de celui-ci, de nombreux vestiges de type trous de poteaux et fosses ont été mis au jour, malheureusement, il est en l’état actuel des choses compliqué de les différencier des vestiges générés à l’époque antique. Un réseau de fossés fonctionnant avec l’enclos principal a part ailleurs été reconnu et illustre l’organisation des espaces environnants.

L’établissement d’époque antique est implanté sur le site gaulois. Ainsi, la partie interprétée comme la pars urbana a-t-elle été construite sur l’enclos gaulois, qu’elle outrepasse quelque peu vers l’est. Bien que le bâtiment résidentiel ne se trouve pas dans l’emprise de fouille, deux bâtiments sur fondations de pierres ont été découverts. L’un d’eux est incomplet et se situe à l’angle sud-est de l’enclos. L’hypothèse d’un bâtiment d’entrée peut être proposée. Le plan du second est typique d’un petit temple domestique. Une cella de forme carrée est précédée d’une petite galerie de façade orientée côté cour. Face à cette partie résidentielle, une partie dédiée aux activités agricoles se développe vers l’est. Une grande cour se discerne, bordée sur ses côtés nord et sud de bâtiment sur fondations de pierres se faisant face. Ces bâtiment, inégalement conservés ont la particularité d’adopter des plans de taille réduite et presque carrés. Le plus souvent, l’absence de niveaux de sols conservés n’a pas permis de recueillir d’éléments révélateurs d’une fonction spécifique. Ce secteur est par ailleurs marqué d’une multitude de fosses et de trous de poteau se rapportant à des constructions en bois dont le plan est difficile à restituer en raison de leur caractère prolifique.

À l’extérieur de ces enclos, les zones situées au nord et au sud de l’emprise nous renseignent sur l’occupation du sol aux abords de ces établissements (système parcellaire, bâtiments agricoles annexes sur poteaux, chemins etc.).

Les études du mobilier archéologique (principalement de la céramique, des meules et quelques objets métalliques) ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de son occupation.


Annaïg Le Martret, novembre 2018