Puiseux-Pontoise (95) – ZAC de la Chaussée Puiseux

Puiseux-Pontoise (95) – ZAC de la Chaussée Puiseux

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

5 janvier - 23 janvier 2015

Fouille préventive

Second âge du Fer, La Tène finale.

DATE : 5 janvier - 23 janvier 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Second âge du Fer, La Tène finale.

La fouille du site de la « ZAC de la Chaussée Puiseux » a été motivée par la réalisation d’une zone d’aménagement concerté, portée par Cergy Pontoise Aménagement. Elle a été précédée par un diagnostic effectué en 1994 par M. Delval et son équipe (AFAN), sur une surface de 25 hectares. Ce diagnostic avait permis la reconnaissance d’un enclos interprété comme un établissement rural gaulois, d’aspect très arasé. Ces résultats avaient conduit à la prescription d’une fouille archéologique par le service régional de l’Archéologie, sur une surface de 3 600 m².

L’opération de fouille a été menée du 6 au 21 janvier 2015 par le bureau d’études Éveha. Les données dégagées ont conduit à revisiter les résultats du diagnostic et à proposer une nouvelle interprétation au site.

Un fossé à profil en V d’axe SSO-NNE, atteignant ponctuellement une profondeur de 2 m, a été suivi sur toute la largeur de l’emprise, sur 66 m linéaires. Une interruption est ménagée sur une largeur de 3,80 m juste avant l’inflexion du fossé vers le nord-ouest selon un angle de 120°. Ce fossé n’a livré qu’un mobilier très peu abondant et peu caractéristique, mais il est associé à des structures qui, mieux datées, permettent d’envisager un ancrage chronologique à la fin de La Tène C2-La Tène D1. Il témoigne d’une dynamique de comblement principalement naturelle, et l’on suppose qu’il se rattache à un enclos de grande taille. Celui-ci paraît ancré sur une altitude de 90 m NGF, précédant un replat du plateau. La volonté d’inscrire le fossé dans le relief est manifeste, et sensible dans le souci d’épouser au plus près la topographie du rebord de plateau.

À l’extérieur de l’enclos, deux segments de fossés adossés au fossé 100 paraissent définir un enclos secondaire dont le quatrième côté a probablement disparu du fait de l’érosion. Quelques structures dispersées en occupent l’espace interne. Cet enclos témoigne peut-être d’un secteur extérieur à l’enclos principal, sans doute dévolu à des activités annexes (agropastorales, ou artisanales comme le suggèrent des rejets de scories et la présence d’un probable semi-produit ?) ; il a pu motiver l’aménagement de l’interruption relevée dans l’enclos principal pour en faciliter l’accès.

L’identification de l’extension de l’enclos défini par le fossé 100 et de la nature de l’occupation qu’il enserre est placée au cœur des problématiques soulevées par cette fouille.

La question de l’inscription de cette occupation au sein de son environnement est notamment posée et l’on relève l’homogénéité du micro-territoire de 2 km² où s’inscrit le site. Celui-ci est délimité à l’ouest et à l’est par des vallons encaissés perpendiculaires à la vallée de la Viosne, qui en forme la limite nord. Cette petite entité topographique marque suffisamment le paysage pour constituer, aujourd’hui encore, la limite septentrionale du territoire communal de Puiseux-Pontoise.

Différentes pistes sont envisagées, depuis l’établissement rural enclos « classique » de moins d’un hectare, localisé sur le rebord du plateau, jusqu’à l’habitat de hauteur épousant le relief local sur une surface de plus de 50 hectares. En l’état, aucune des pistes de réflexion soulevée n’est satisfaisante et les éléments apportés par la fouille se révèlent insuffisants pour permettre d’étayer de façon sérieuse l’une de ces hypothèses.

Il est à espérer que de nouvelles opérations préventives ou données issues de travaux de prospection dans ce secteur permettront d’apporter de nouveaux éléments à même de préciser la nature de cette occupation.


Nicolas Pimpaud, mai 2016.