Roissy-en-France − ZAC Sud Roissy, Chemin de Vaudherland

Roissy-en-France − ZAC Sud Roissy, Chemin de Vaudherland

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

06 septembre - 21 octobre 2016

Fouille préventive

Haut Moyen Âge, bas Moyen Âge, époque Moderne.

DATE : 06 septembre - 21 octobre 2016

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Haut Moyen Âge, bas Moyen Âge, époque Moderne.

Les fouilles menées sur le site de la « ZAC Sud Roissy- Chemin de Vauderlhand » ont été réalisées par le bureau d’étude Éveha sous la responsabilité d’Isabelle Caillot. Elles interviennent dans le cadre d’un projet d’installation sur la commune de Roissy en France (Val d’Oise) d’une Zone d’Aménagement Concerté par la SEMAVO.

Les investigations archéologiques ont permis de mettre au jour une occupation carolingienne principalement caractérisée par une zone d’ensilage (38 % des structures de cette période sont des silos), deux bâtiments, un fond de cabane et deux fours culinaires. La sole d’un des fours, particulièrement bien conservée, a pu être prélevée en vue d’une datation archéomagnétique de la structure. Les silos ont livré des objets métalliques (lames de couteaux, fer de bêche) caractéristiques de la période carolingienne. Certains ont servis de dépotoir et ont également fournit de la céramique et des rejets de faune. Des prélèvements ont été effectués dans les comblements en vue d’une étude des restes carpologiques.

Une voie de plus de 10 m de large orientée sud-ouest/nord-est, traverse le site. Cette dernière est située à 350 m à l’ouest de l’église Saint-Éloi sur le secteur du lieu-dit « La Voierie de Paris ». Le recalage de cet axe sur la carte de Cassini semble correspondre à la route Paris-Soisson. Deux sépultures dites d’exclusion ont été découvertes sur le bord de ce chemin. L’une d’elles mise au jour lors du diagnostic (C. Laporte-Cassagne-Touquet, SDAVO) a été datée par C14 entre 1300 et 1415. Une datation de la seconde sépulture est en cours. La mise en place de ce chemin en creux avec fossés bordiers est ancienne. En effet, aucune structure carolingienne n’est coupée par l’axe de circulation. La voie qui subit recharges et réfections, perdure jusqu’à l’époque moderne et semble être un marqueur fort du paysage ainsi qu’un élément structurant du village.

Les nombreuses opérations archéologiques déjà menées sur Roissy-en-France (notamment par J.Y Dufour, Inrap) ont permis de collecter bon nombre d’informations et données sur la naissance et la morphogenèse du village. Son développement est bien éloigné des modèles franciliens connus pour les périodes carolingienne et du Moyen âge central, avec une contraction de l’habitat aux VIIIe-Xe siècles, puis une expansion aux XI-XIIe siècles.

Les études du mobilier ainsi que des données récoltées lors de la fouille du site de la « ZAC Sud Roissy- Chemin de Vauderlhand »se poursuivent actuellement. Elles permettront d’affiner notre perception de la structuration spatiale du village de Roissy à l’époque médiévale dans ses limites occidentales et d’aborder le système d’accès au centre de ce dernier en direction de l’église Saint-Éloi.


Isabelle Caillot, novembre 2016.