Saint-Folquin (62) − Rue du gibet

Saint-Folquin (62) − Rue du gibet

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

18 avril - 24 juin 2016

Fouille préventive

Antiquité, haut Moyen Âge

DATE : 18 avril - 24 juin 2016

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Antiquité, haut Moyen Âge

Dans le cadre d’un projet d’aménagement d’un nouveau lotissement en périphérie du centre bourg de Saint-Folquin, des fouilles archéologiques ont été réalisées au printemps 2016 par une équipe d’évéha. Sur une superficie légèrement inférieure à 1hectare, ont été mises au jour des occupations humaines allant de la période antique au bas Moyen Âge. Elles s’insèrent dans un cadre géologique extrêmement mouvant, celui de la Plaine Maritime Flamande, et plus particulièrement de l’estuaire littoral de l’Aa.

 

Les occupations antiques

 

Trois occupations antiques successives ont été distinguées.

La première se situe aux alentours du Ier siècle et est définie par un habitat composé de plusieurs bâtiments sur poteaux installés sur un promontoire sableux. Des activités agropastorales telles que l’élevage d’animaux lui sont associées. Le site d’habitat est abandonné au profit du développement de multiples activités artisanales dont le travail du cuir, la pêche ou encore l’élevage dans le courant des IIe-IIIe siècles. A cette même période, se met également en place un petit espace funéraire. La dernière occupation datant du IVe siècle est représentée par une batterie de fosses de stockage de grandes dimensions livrant un très abondant mobilier carpologique.

 

Les occupations médiévales

 

Après un hiatus pour la période mérovingienne, le site est de nouveau occupé au détour des IXe-Xe siècles. Cette période est principalement marquée par la mise en place d’un parcellaire délimitant divers espaces. Au total, ce sont trois réseaux fossoyés successifs qui ont été distingués. De rares structures se rapprochent de cette phase d’occupation mais ne permettent pas de les définir.

Le tracé du dernier enclos observé perdure jusqu’au bas Moyen Âge. Après l’abandon de ce dernier dans le courant du XVe siècle, le site est utilisé en terrain agricole.

La fouille réalisée à Saint-Folquin a permis d’acquérir de nouvelles données sur les occupations anciennes du littoral du nord de la France.

Elle a pu mettre en avant la continuité des occupations humaines durant toute la période antique suggérant un environnement propice. La bonne conservation des structures et du mobilier archéologique ont permis d’observer des activités diverses tournant autour de l’élevage d’animaux et de l’exploitation des ressources naturelles.

Les occupations médiévales mettent en avant la transformation du paysage avec la mise en place de parcellaires ayant comme fonction le drainage de parcelle d’occupation.


Pauline Lhommel, janvier 2018.