Saint-Ouen-d’Aunis (17) – ZAC des Eaux d’Aunis

Saint-Ouen-d’Aunis (17) – ZAC des Eaux d’Aunis

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

19 octobre - 19 novembre 2015

Fouille préventive

Second âge du Fer, La Tène B, La Tène C, La Tène ancienne, La Tène moyenne.

DATE : 19 octobre - 19 novembre 2015

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Second âge du Fer, La Tène B, La Tène C, La Tène ancienne, La Tène moyenne.

Dans le cadre d’un projet de ZAC à Saint-Ouen-d’Aunis, deux diagnostics archéologiques ont été réalisés : un premier en 201 0, et un second, sur dix hectares, en 201 3. C’est à la suite de ce dernier, qui a permis la mise au jour d’une concentration de structures protohistoriques, que la fouille de la « ZAC des Eaux d’Aunis, Phases II-III », a été prescrite. Cette prescription a été mise en œuvre entre octobre et novembre 201 5 sur une superficie de 3 900 m2, permettant la mise en évidence d’une soixantaine de structures, dont 41 attribuées à l’occupation protohistorique.

La fouille a permis la localisation de six bâtiments regroupés au cœur de l’emprise (mis à part l’UA 3 isolée au nord-est). Leur architecture sur quatre poteaux porteurs et leur superficie incitent à les interpréter comme des annexes à vocation agricole ou des bâtiments de stockage type grenier surélevé. Cependant, la présence d’une unité architecturale (UA 4) située à proximité d’une zone de rejet et présentant un module porteur avec un ancrage plus important dans le substrat permet d’émettre l’hypothèse d’une paroi rejetée qui agrandirait la surface au sol. Ce bâtiment pourrait correspondre à une habitation. Cette hypothèse serait renforcée par la présence de deux structures liées à la gestion de l’eau. Celles-ci sont peu profondes (entre 2 m et 2,50 m) et pourraient être interprétées comme de simples collecteurs d’eau. Cependant, la localisation du site et la hauteur de la nappe actuelle n’excluent pas que ces deux structures soient réellement des puits dont le fond atteignait le niveau de nappe de l’époque.

Un grand ensemble polylobé a également été repéré à proximité de l’UA 4. Celui-ci se compose de plusieurs fosses, dont l’étude (des relations stratigraphiques) a permis de mettre en avant six phases de creusement. La fonction primaire de cet ensemble semble avoir été l’extraction de marne (les creusements n’entamant pas le substrat rocheux calcaire sous-jacent). Dans la dernière phase d’utilisation de l’ensemble, les fosses non comblées ont été utilisées en dépotoir. Ainsi, plusieurs US charbonneuses avec de nombreux éléments céramiques ont pu être mises au jour. Les prélèvements systématiques dans les différents comblements ont permis la réalisation de datations C1 4 ainsi qu’une étude anthracologique livrant un aperçu du paysage de l’époque. Les datations ont révélé une occupation datée entre les IV e et III e s. avant notre ère. La céramique vient confirmer cette fourchette chronologique avec un corpus qui semble appartenir à la phase ancienne du deuxième âge du Fer (La Tène B).

L’organisation spatiale des vestiges semble donc montrer une occupation ouverte composée de groupements de structures sans organisation particulière. Si l’hypothèse d’une zone domestique est recevable, l’absence d’éléments (notamment les stigmates des parois rejetées, les niveaux de sols, etc.) et la proximité des structures liées à des activités d’extraction ou de stockage incitent à la prudence. Les fosses potentiellement identifiables comme des foyers ou des structures de chauffe sont réparties à l’écart des bâtiments.

La faible superficie décapée ne permet pas une analyse complète du site. Il semblerait que la « ZAC des Eaux d’Aunis » corresponde à un habitat rural du début du second âge du Fer. Cependant, celui-ci semble se développer en dehors de l’emprise de fouille, notamment vers le nord ou vers l’est. Seules des investigations sur une plus grande surface permettraient de préciser les observations effectuées sur le site.


Édouard Veau, décembre 2016.