Saint-Pathus (77) – Grande Rue et rue de la Maison Neuve

Saint-Pathus (77) – Grande Rue et rue de la Maison Neuve

DATE
TYPE D'OPÉRATION
CHRONOLOGIE

18 juin - 27 juillet 2018 et 03 septembre - 04octobre 2018

Fouille préventive

Antiquité, Moyen Âge, périodes moderne et contemporaine

DATE : 18 juin - 27 juillet 2018 et 03 septembre - 04octobre 2018

TYPE D'OPÉRATION : Fouille préventive

CHRONOLOGIE : Antiquité, Moyen Âge, périodes moderne et contemporaine

Les fouilles menées sur le site de Saint-Pathus (77), sur une parcelle située au croisement de la rue de la maison neuve et de la grande rue, ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité d’Aurélie Mayer. Elles interviennent dans le cadre du projet d’aménagement d’un grand lotissement accompagné en front de rue d’un immeuble et de commerces, dont la maîtrise d’ouvrage a été déléguée au CM-CIC Aménagement Foncier.

 

Un bref bilan peut être dressé en sortie de fouilles des différentes découvertes recensées sur le site :

– de rares éléments lithiques témoignant, comme déjà perçu lors du diagnostic, d’une occupation probablement néolithique ;

– la découverte de structures antiques en marge ouest de l’emprise, dont la nature reste à préciser ;

– une nécropole du haut Moyen Âge, dont la limite n’a été perçue qu’à l’est. Si la faible densité de sépultures vers le nord semble indiquer que la limite de la zone sépulcrale est proche, en revanche cette dernière s’étend sans aucun doute à l’ouest.

Au sud, des recherches complémentaires seront nécessaires pour déterminer l’ancienneté du tracé de la grande rue, et un lien éventuel avec l’implantation de la nécropole. Au total, 117 sépultures et faits funéraires annexes ont été mis au jour. Une évolution topo-chronologique de la nécropole était perceptible dès la fouille, avec au nord des sépultures complètes, souvent accompagnées de réductions contenant dans certains cas toujours le mobilier déposé lors de l’inhumation, et au sud un pillage quasi systématique des tombes ;

– un ensemble de structures de la période moderne appartenant pour partie à l’ancienne ferme dite « Donneveaux » et à sa destruction ;

– de nombreuses fosses dépotoirs et structures contemporaines (déchets de construction, sépultures animales etc) qui n’ont fait l’objet que d’un enregistrement succinct.

 

Les études du mobilier ainsi que des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner nos connaissances de ce site et de son occupation.


Aurélie Mayer, octobre 2018.