Fouille programmée de l’abbaye Saint-Martial (Limoges)

Présentation

Cadre historique

Saint Martial, évangélisateur de Limoges au IVe siècle, fut enterré dans une nécropole de la ville du Bas-Empire. La communauté de clercs desservant le tombeau possédait déjà une certaine autonomie à la fin du VIe siècle. En 848, profitant du conflit aquitain, les clercs de Saint-Martial s’affranchirent de la tutelle épiscopale et fondèrent une abbaye avec l’appui de Charles-le-Chauve. C’est au plus tard à cette date que fut créée l’abbatiale du Sauveur au sein de laquelle Charles-le-Chauve fit sacrer son fils Charles-l’Enfant roi d’Aquitaine. Autour de cette abbaye s’est alors développée la deuxième ville de Limoges, le Château, en face de la Cité de l’évêque, établie autour de la cathédrale. L’abbaye devint aux Xe-XIe siècle un des grands centres culturels d’Aquitaine. Le monastère fut remplacé en 1535 par un collège de chanoines. La suppression du chapitre collégial à la Révolution entraina la vente, dès 1791, des bâtiments comme biens nationaux qui furent alors détruits.

L’église abbatiale du Sauveur

De l’église carolingienne, nous ne savons malheureusement rien. Tout au plus pourrait-on estimer que, du fait du soutien impérial, l’édifice pourrait avoir été assez ambitieux. L’église telle qu’elle existait à la Révolution était un vaste édifice du XIe siècle doté de tribunes. L’approche du plan permet de révéler l’aspect composite du monument. Si les dispositions de l’édifice sont bien connues, il est plus difficile d’appréhender ces différents états de construction. En effet, de nombreuses mentions d’accidents, d’incendie et de reconstruction émaillent le XIe siècle et il semble parfois difficile de proposer une chronologie satisfaisante pour la progression des travaux. L’église connut plusieurs campagnes de restaurations notamment à la fin du Moyen Âge mais l’édifice roman fut conservé jusqu’à la Révolution.

Présentation de l’intervention

Depuis 2006, l’équipe d’Eveha travaillant sur la crypte Saint-Martial se posait la question du potentiel archéologique du site de l’ancienne abbaye et notamment des vestiges de l’abbatiale pouvant être conservés. Une campagne de sondage réalisée en 2014 a révélé de très importants vestiges de l’église médiévale du Sauveur motivant une fouille programmée destinée à mettre au jour une grande partie de l’abbatiale. Cette opération archéologique a pour but de comprendre l’évolution de cet important édifice : sa fondation au IXe siècle, la construction de la grande église romane, ses restaurations et sa destruction.

Des reportages en continu

Une série de reportages permet de suivre l’évolution du chantier durant toute la campagne de fouille. Réalisée par la chaîne municipale 7ALimoges, elle est accessible sur notre espace médiathèque et sur le site : http://www.7alimoges.tv/

Des panneaux de présentation

Une série de panneaux présentant le contexte archéologique et historique dans lequel s’inscrit la fouille sont disposés en bordure du chantier. En complément, deux nouveaux panneaux sont présentés chaque fin de mois pour informer de la nature des découvertes et de l’évolution des hypothèses de travail.

L’ensemble de ces documents sont également disponibles au téléchargement sur notre espace de documentation grand public.