Prospections et sondages archéologiques dans les « Terres Noires » antiques de Blot-l’Église (Puy-de-Dôme)

Les traces d'une occupation humaine attestée
depuis le Ier siècle de notre ère

Présentation

Le Pré Paradis (sondage 1)

Les opérations archéologiques menées entre 2012 et 2014 au Pré Paradis ont donné lieu à la découverte d’un nombre important de vestiges d’époque romaine sur la bordure occidentale de la zone archéologique des Terres Noires, confortant l’hypothèse d’une occupation gallo-romaine dense dans le quart sud-est de la commune. La campagne de sondages archéologiques réalisée cette année à l’intérieur des parcelles ZO 23 et 24 a permis d’augmenter de façon significative les informations sur la zone et d’illustrer l’une de ces nombreuses aires d’habitat maintenant reconnues dans les Terres Noires de Blot.

Outre l’intérêt de pouvoir étudier la continuité d’une limite dans le paysage sur quasiment deux millénaires, ces observations archéologiques permettent de nous éclairer davantage sur la constitution des bocages en Combrailles. Nous savons que ces derniers ont des fondements au moins médiévaux et qu’ils sont le résultat de changements et de mutations complexes. Les données exposées dans le rapport 2014 nous informent que certaines de ces limites parcellaires, et donc certaines sections de bocages, peuvent également avoir des origines antiques.

 

Terre des Censes (sondage 2)

L’objectif du sondage était de comprendre les anomalies révélées par la prospection géophysique réalisée en 2013. Au regard des vestiges mis en évidence lors de la fouille, c’est certainement celle d’un ou deux fossés doublé d’un drain, fortement compacté, qu’il faut retenir obligeant à rejeter l’hypothèse d’un bâtiment pour celui d’un enclos fossoyé. La découverte d’un dépôt secondaires de crémation en ossuaire au sein de ce possible espace clos permet de proposer l’hypothèse d’un espace funéraire même si aucun lien stratigraphique n’associe ces deux structures. Ainsi, l’étude de la structure funéraire 2001 dans le courant de l’année 2015, apportera quelques informations relatives aux pratiques funéraires de la région.

 

Le Bois de la Cense (sondage 3)

La campagne de sondage archéologique menée en septembre 2014 au lieu-dit « Bois de la Cense » a permis de découvrir un segment de mur en fondation d’une phase ancienne (antique ?). Il correspond à une construction isolée puisque le sondage n’a pas mis au jour de retour, à moins de 10 mètres à l’est et à l’ouest. Il peut éventuellement constituer une limite d’un ensemble cohérent, à la manière d’un mur de clôture. La situation en bordure d’un vallon qui conduit vers le site d’extraction des mines antiques du Puy d’Argentière depuis la zone dense d’occupation gallo-romaine des Terres noires est un élément supplémentaire d’intégration de la zone à l’intérieur d’un vaste ensemble archéologique peu exploité jusqu’à ce jour.