CAHORS (46) – Rue du Port Bullier

Un suivi de travaux a été mené à Cahors (46) par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Célia Condello. Il intervient dans le cadre de la réhabilitation des réseaux humides en secteur sauvegardé à la jonction de la rue du port Bullier et du quai de Regourd qui surmonte le Lot.

Les remblais et les niveaux géologiques

Dans la tranchée de 28 m², ouverte pour l’assainissement, il a été nécessaire d’atteindre 3,50 m de profondeur sur le dernier tiers de l’emprise en raison de la surélévation du quai de Regourd depuis la rue du Port Bullier. Des remblais conséquents et de multiples réseaux ont été mis au jour au-dessus et au niveau des vestiges archéologiques. Aucun niveau géologique n’a été atteint, même à cette profondeur, et par conséquent aucun renseignement sur la géomorphologie alluviale du Lot n’a pu être recueilli.

Les vestiges archéologiques

Le niveau d’une ancienne une calade – rue pavée – de galets posés de chant a été découvert et suivi sur une grande partie de la tranchée. Cette calade est apparue entre 1 m et 2 m de profondeur, ce qui démontre le fort rehaussement du quai à l’époque moderne. Elle s’insérait entre un très long mur de pierres calcaire côté Lot, qui correspond a une délimitation parcellaire (enceinte médiévale, parcellaire moderne ?), et quelques apparitions de murs en parallèle côté ville, dont probablement le soubassement, en début de tranchée, de la porte Bullière connue dans les textes et l’iconographie. Plus loin, une arche massive en brique ,mise au jour au niveau le plus bas, se situe dans ce dernier alignement. Non traversante, elle ne peut par conséquent pas correspondre à l’égout ovoïde déjà découvert dans Cahors mais peut s’interpréter davantage comme le niveau inférieur d’un bâtiment médiéval.

Les études du mobilier et des données récoltées se poursuivent actuellement et permettront d’affiner ces connaissances qui révèlent déjà des données inédites dans cette partie du secteur sauvegardé juste en contrebas du palais épiscopal de Via.

CINTEGABELLE (31) – Califour et Rego Loungo

Les fouilles menées sur la commune de Cintegabelle, à environ 35 km au sud de Toulouse (Occitanie), au lieu-dit « Califour et Rego Loungo », ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité d’Alexis Corrochano. Elles interviennent dans le cadre du projet de construction du futur collège de la commune, porté par le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Pendant six mois, une équipe d’Éveha a ainsi découvert, fouillé et enregistré plus de 650 vestiges archéologiques sur une surface de 1,3 ha, à quelques centaines de mètres de l’Ariège, au sud-ouest du centre villageois de Cintegabelle.

La majeure partie des vestiges correspond des sépultures à inhumation et à des fosses de type silo-dépotoir, ces deux domaines constituaient d’ailleurs les objectifs principaux de la prescription archéologique établie par le Service régional de l’archéologie d’Occitanie (DRAC/SRA).

D’autres vestiges ont également été découverts. Ils permettent, à l’issue de l’opération sur le terrain, de proposer un premier phasage des occupations du site. Celles-ci se répartissent pour le moment en trois étapes principales.

L’occupation antique

À la fin de l’Antiquité, le secteur appartient probablement à un domaine rural de type villa : un établissement gallo-romain ayant été reconnu dans les années 1960-1970 à quelques centaines de mètres au nord-ouest seulement, au lieu-dit « Ville ». Sur le site, les vestiges de cette période sont peu nombreux mais très éloquents. Un trésor monétaire déposé dans une amphore a été découvert dans un état d’arasement très avancé : 200 monnaies ont cependant pu être découvertes, une première estimation (à confirmer par l’étude à suivre) permet d’envisager au plus tôt le milieu du IIIe siècle pour la période d’enfouissement du dépôt. La découverte d’un bâtiment de plan carré, construit en terre cuites architecturales et galets maçonnés, constitue un autre point fort de la fouille : il s’agit d’un mausolée de la fin de l’Antiquité doté d’un hypogée. Cet espace souterrain, destiné à abriter la sépulture ou les restes d’une famille de riches propriétaires (probablement ceux de la villa), n’a pas livré de mobilier. Il avait été entièrement vidé puis comblé par de puissants apports sédimentaires sur toute sa hauteur conservée. Il était voûté, entièrement enduit et son sol était aménagé en mortier de tuileau. Une porte souterraine entièrement dégagée dans le mur sud, devait permettre d’y accéder en donnant directement sur un élément mis en valeur contre le mur opposé. À cet endroit, deux pilettes espacées d’environ 1,50 m devaient supporter à l’origine une table ou un sarcophage.

Continuer la lecture de « CINTEGABELLE (31) – Califour et Rego Loungo »

COSSÉ-LE-VIVIEN (53) – Contournement – lot 1

Le lot 1 des fouilles menées en Mayenne dans le cadre du projet d’aménagement d’un contournement routier du bourg de Cossé-Le-Vivien (RD n°771/RD n°4) a été réalisé durant 4 mois, entre le 6 mai et le 27 août 2019, par le bureau d’études Éveha, sous la responsabilité de Laurence Le Clézio.

Dans le cadre de ce lot de fouilles archéologiques, les investigations ont porté sur trois emprises distinctes :

Continuer la lecture de « COSSÉ-LE-VIVIEN (53) – Contournement – lot 1 »

Conférence : retour sur les fouilles de Clermont-Ferrand !

Cyril Driard (Responsable d’opération, Éveha) viendra parler de la fouille préventive de l’Hôtel-Dieu à Clermont-Ferrand (avenue Vercingétorix) à l’occasion d’une conférence menée à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) par l’association Utere Felix.

Cette présentation sera l’occasion de revenir sur les nombreuses découvertes et l’incroyable potentiel archéologique de ce secteur de la ville.

Continuer la lecture de « Conférence : retour sur les fouilles de Clermont-Ferrand ! »

Portes ouvertes sur la rocade sud de Strasbourg !

Depuis 2015, les fouilles archéologiques préventives, puis les travaux de construction de la rocade sud de Strasbourg ont été menés sur un tronçon long de plus de 3 km.

Afin de découvrir ce chantier d’envergure, des portes ouvertes sont organisées : elles sont l’occasion de découvrir le projet et différentes animations dans les domaines de l’environnement, des Travaux Publics, de l’archéologie, l’exploitation de la route et la
sécurité routière.

Éveha présentera ainsi les résultats préliminaires des trois campagnes de fouille et animera des ateliers de découverte de l’archéologie et de ses métiers.

Date : les 11 et 12 octobre de 10h à 18h

Lieu : Geispolsheim

Rencontres archéologiques de l’Allier

Durant deux jours, les archéologues de l’Allier présentent leur travail au grand public.

Le vendredi 11 octobre, c’est ainsi plusieurs centaines d’élèves qui seront accueillies pour leur présenter les métiers de l’archéologie, les initier aux fouilles, etc.

Le samedi 12 octobre, Éveha présentera l’archéologie subaquatique – ainsi que les fouilles du lac d’Allier – au grand public : conférence, vidéo, maquette playmobil et équipement complet du plongeur seront autant de supports pour vous initier aux aspects techniques et scientifiques de cette discipline !

Lieu : espace Chambon à Cousset

Date : 12 octobre de 10h à 18h

Portes ouvertes à Cintegabelle (31)

Le chantier archéologique de Cintegabelle (31) ouvre ses portes pour vous présenter les résultats de près de six mois de fouilles.

En plus de la visite du chantier, sur vous seront présentés des sépultures médiévales ainsi qu’un mausolée antique, vous pourrez également découvrir une exposition de panneaux et de mobilier sous vitrine vous retraçant les principales découvertes.

Enfin, des animations d’initiation à la fouille et à l’étude archéologiques vous seront également proposées : testez-vous à la fouille d’un silo, d’une sépulture ou encore d’une cave antique !

Lieu : rue du 19 mars 1962, Cintegabelle (31)

Date et horaire : les 21 et 22 septembre, de 14h à 18h