Reims (51) – ZAC Sernam-Boulingrin Lot A3

Une équipe du bureau d’étude Eveha, placée sous la direction de Jan Veron, a mené une fouille durant l’été 2021 à l’angle de la Rue de la Petite Vitesse et du Boulevard Jules César à Reims (51). Menée en amont d’un projet immobilier porté par la société SCCV A3 Boulingrin-Reims, elle s’inscrit dans le cadre du réaménagement de la vaste friche industrielle (SERNAM) de 7,5 hectares qui a déjà fait l’objet de cinq fouilles archéologiques. Cette dernière opération a permis de mettre au jour des vestiges de l’époque antique.

Découverte de vestiges d’un îlot d’habitation

La fouille du Lot A3 a livré les vestiges d’un îlot d’habitation semblable à ceux mis en évidence ailleurs à l’ancien SERNAM avec voirie, caves, puits et traces d’activités artisanales.


Ainsi, à l’extrême nord de l’emprise, a été observée une rue correspondant au decumanus (voie est-ouest) déjà mis en évidence lors du diagnostic et de la fouille voisine de la Salle Événementielle. Elle comprend deux à trois états de circulation différents. Six grandes caves ont également été mises au jour, dont une, entièrement maçonnée et munie d’un escalier. Quatre puits ont été fouillés. Les traces d’activités artisanales étaient matérialisées par la présence de structures de combustion de formes oblongues et de gabarits variables allant d’une quinzaine à une soixantaine de centimètres de largeur et d’une soixantaine de centimètres à près de 3 m de longueur. Les comblements charbonneux et certains éléments de parois en terre cuite ont été prélevés.
La recherche de microdéchets métallurgiques et des analyses thermoluminescentes sont prévues afin de tenter d’identifier la fonction de ces structures.

On notera également le rejet de plusieurs dizaines de kilos de tabletterie (objets façonnés en os) recueillis dans le comblement d’une cave. La présence d’un atelier sur le site ou à proximité immédiate est à envisager et pourra être confirmée par une étude spécialisée.

Une occupation du Haut-Empire (0-300 après JC)

Les premières observations effectuées sur le mobilier céramique tendent à illustrer une occupation remontant au Haut-Empire.
On notera toutefois que certaines céramiques, notamment celles mises au jour dans l’un des puits, renvoient vers des périodes plus anciennes. L’étude céramologique viendra ainsi affiner ces constatations.

Vue en plan d’une cave entièrement maçonnée. Crédit : Eveha, 2021.
Vue en plan de structures de combustion oblongues vidées. Crédit : Eveha, 2021.
Vue général du site en cours de fouille. Crédit : Eveha, 2021.